“Mais lorsque Céphas vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu’il était répréhensible. En effet, avant l’arrivée de quelques personnes envoyées par Jacques, il mangeait avec les païens ; et, quand elles furent venues, il s’esquiva et se tint à l’écart, par crainte des circoncis. Avec lui les autres Juifs usèrent aussi de dissimulation, en sorte que Barnabas même fut entraîné par leur hypocrisie. Voyant qu’ils ne marchaient pas droit selon la vérité de l’Evangile, je dis à Céphas, en présence de tous : Si toi qui es Juif, tu vis à la manière des païens et non à la manière des Juifs, pourquoi forces-tu les païens à judaïser ? Nous, nous sommes Juifs de naissance, et non pécheurs d’entre les païens. Néanmoins, sachant que ce n’est pas par les œuvres de la loi que l’homme est justifié, mais par la foi en Jésus-Christ, nous aussi nous avons cru en Jésus-Christ, afin d’être justifiés par la foi en Christ et non par les œuvres de la loi, parce que nulle chair ne sera justifiée par les œuvres de la loi. Mais, tandis que nous cherchons à être justifiés par Christ, si nous étions aussi nous-mêmes trouvés pécheurs, Christ serait-il un ministre du péché ? Loin de là ! Car, si je rebâtis les choses que j’ai détruites, je me constitue moi-même un transgresseur, car c’est par la loi que je suis mort à la loi, afin de vivre pour Dieu. J’ai été crucifié avec Christ ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi ; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi. Je ne rejette pas la grâce de Dieu ; car si la justice s’obtient par la loi, Christ est donc mort en vain.” (Galates 2:11-21 LSG)

“Mais lorsque Céphas vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu’il était répréhensible. En effet, avant l’arrivée de quelques personnes envoyées par Jacques, il mangeait avec les païens ; et, quand elles furent venues, il s’esquiva et se tint à l’écart, par crainte des circoncis. Avec lui les autres Juifs usèrent aussi de dissimulation, en sorte que Barnabas même fut entraîné par leur hypocrisie. Voyant qu’ils ne marchaient pas droit selon la vérité de l’Evangile, je dis à Céphas, en présence de tous : Si toi qui es Juif, tu vis à la manière des païens et non à la manière des Juifs, pourquoi forces-tu les païens à judaïser ? Nous, nous sommes Juifs de naissance, et non pécheurs d’entre les païens. Néanmoins, sachant que ce n’est pas par les œuvres de la loi que l’homme est justifié, mais par la foi en Jésus-Christ, nous aussi nous avons cru en Jésus-Christ, afin d’être justifiés par la foi en Christ et non par les œuvres de la loi, parce que nulle chair ne sera justifiée par les œuvres de la loi. Mais, tandis que nous cherchons à être justifiés par Christ, si nous étions aussi nous-mêmes trouvés pécheurs, Christ serait-il un ministre du péché ? Loin de là ! Car, si je rebâtis les choses que j’ai détruites, je me constitue moi-même un transgresseur, car c’est par la loi que je suis mort à la loi, afin de vivre pour Dieu. J’ai été crucifié avec Christ ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi ; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi. Je ne rejette pas la grâce de Dieu ; car si la justice s’obtient par la loi, Christ est donc mort en vain.” (Galates 2:11-21 LSG)

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur “Mais lorsque Céphas vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu’il était répréhensible. En effet, avant l’arrivée de quelques personnes envoyées par Jacques, il mangeait avec les païens ; et, quand elles furent venues, il s’esquiva et se tint à l’écart, par crainte des circoncis. Avec lui les autres Juifs usèrent aussi de dissimulation, en sorte que Barnabas même fut entraîné par leur hypocrisie. Voyant qu’ils ne marchaient pas droit selon la vérité de l’Evangile, je dis à Céphas, en présence de tous : Si toi qui es Juif, tu vis à la manière des païens et non à la manière des Juifs, pourquoi forces-tu les païens à judaïser ? Nous, nous sommes Juifs de naissance, et non pécheurs d’entre les païens. Néanmoins, sachant que ce n’est pas par les œuvres de la loi que l’homme est justifié, mais par la foi en Jésus-Christ, nous aussi nous avons cru en Jésus-Christ, afin d’être justifiés par la foi en Christ et non par les œuvres de la loi, parce que nulle chair ne sera justifiée par les œuvres de la loi. Mais, tandis que nous cherchons à être justifiés par Christ, si nous étions aussi nous-mêmes trouvés pécheurs, Christ serait-il un ministre du péché ? Loin de là ! Car, si je rebâtis les choses que j’ai détruites, je me constitue moi-même un transgresseur, car c’est par la loi que je suis mort à la loi, afin de vivre pour Dieu. J’ai été crucifié avec Christ ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi ; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi. Je ne rejette pas la grâce de Dieu ; car si la justice s’obtient par la loi, Christ est donc mort en vain.” (Galates 2:11-21 LSG)

“Quatorze ans après, je montai de nouveau à Jérusalem avec Barnabas, ayant aussi pris Tite avec moi ; et ce fut d’après une révélation que j’y montai. Je leur exposai l’Evangile que je prêche parmi les païens, je l’exposai en particulier à ceux qui sont les plus considérés, afin de ne pas courir ou avoir couru en vain. Mais Tite, qui était avec moi, et qui était Grec, ne fut pas même contraint de se faire circoncire. Et cela, à cause des faux frères qui s’étaient furtivement introduits et glissés parmi nous, pour épier la liberté que nous avons en Jésus-Christ, avec l’intention de nous asservir. Nous ne leur cédâmes pas un instant et nous résistâmes à leurs exigences, afin que la vérité de l’Evangile fût maintenue parmi vous. Ceux qui sont les plus considérés-quels qu’ils aient été jadis, cela ne m’importe pas : Dieu ne fait point acception de personnes, — ceux qui sont les plus considérés ne m’imposèrent rien. Au contraire, voyant que l’Evangile m’avait été confié pour les incirconcis, comme à Pierre pour les circoncis, —  car celui qui a fait de Pierre l’apôtre des circoncis a aussi fait de moi l’apôtre des païens, —  et ayant reconnu la grâce qui m’avait été accordée, Jacques, Céphas et Jean, qui sont regardés comme des colonnes, me donnèrent, à moi et à Barnabas, la main d’association, afin que nous allassions, nous vers les païens, et eux vers les circoncis. Ils nous recommandèrent seulement de nous souvenir des pauvres, ce que j’ai bien eu soin de faire.” (Galates 2:1-10 LSG)

“Quatorze ans après, je montai de nouveau à Jérusalem avec Barnabas, ayant aussi pris Tite avec moi ; et ce fut d’après une révélation que j’y montai. Je leur exposai l’Evangile que je prêche parmi les païens, je l’exposai en particulier à ceux qui sont les plus considérés, afin de ne pas courir ou avoir couru en vain. Mais Tite, qui était avec moi, et qui était Grec, ne fut pas même contraint de se faire circoncire. Et cela, à cause des faux frères qui s’étaient furtivement introduits et glissés parmi nous, pour épier la liberté que nous avons en Jésus-Christ, avec l’intention de nous asservir. Nous ne leur cédâmes pas un instant et nous résistâmes à leurs exigences, afin que la vérité de l’Evangile fût maintenue parmi vous. Ceux qui sont les plus considérés-quels qu’ils aient été jadis, cela ne m’importe pas : Dieu ne fait point acception de personnes, — ceux qui sont les plus considérés ne m’imposèrent rien. Au contraire, voyant que l’Evangile m’avait été confié pour les incirconcis, comme à Pierre pour les circoncis, —  car celui qui a fait de Pierre l’apôtre des circoncis a aussi fait de moi l’apôtre des païens, —  et ayant reconnu la grâce qui m’avait été accordée, Jacques, Céphas et Jean, qui sont regardés comme des colonnes, me donnèrent, à moi et à Barnabas, la main d’association, afin que nous allassions, nous vers les païens, et eux vers les circoncis. Ils nous recommandèrent seulement de nous souvenir des pauvres, ce que j’ai bien eu soin de faire.” (Galates 2:1-10 LSG)

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur “Quatorze ans après, je montai de nouveau à Jérusalem avec Barnabas, ayant aussi pris Tite avec moi ; et ce fut d’après une révélation que j’y montai. Je leur exposai l’Evangile que je prêche parmi les païens, je l’exposai en particulier à ceux qui sont les plus considérés, afin de ne pas courir ou avoir couru en vain. Mais Tite, qui était avec moi, et qui était Grec, ne fut pas même contraint de se faire circoncire. Et cela, à cause des faux frères qui s’étaient furtivement introduits et glissés parmi nous, pour épier la liberté que nous avons en Jésus-Christ, avec l’intention de nous asservir. Nous ne leur cédâmes pas un instant et nous résistâmes à leurs exigences, afin que la vérité de l’Evangile fût maintenue parmi vous. Ceux qui sont les plus considérés-quels qu’ils aient été jadis, cela ne m’importe pas : Dieu ne fait point acception de personnes, — ceux qui sont les plus considérés ne m’imposèrent rien. Au contraire, voyant que l’Evangile m’avait été confié pour les incirconcis, comme à Pierre pour les circoncis, —  car celui qui a fait de Pierre l’apôtre des circoncis a aussi fait de moi l’apôtre des païens, —  et ayant reconnu la grâce qui m’avait été accordée, Jacques, Céphas et Jean, qui sont regardés comme des colonnes, me donnèrent, à moi et à Barnabas, la main d’association, afin que nous allassions, nous vers les païens, et eux vers les circoncis. Ils nous recommandèrent seulement de nous souvenir des pauvres, ce que j’ai bien eu soin de faire.” (Galates 2:1-10 LSG)

“Je vous déclare, frères, que l’Evangile qui a été annoncé par moi n’est pas de l’homme ; car je ne l’ai ni reçu ni appris d’un homme, mais par une révélation de Jésus-Christ. Vous avez su, en effet, quelle était autrefois ma conduite dans le judaïsme, comment je persécutais à outrance et ravageais l’Eglise de Dieu, et comment j’étais plus avancé dans le judaïsme que beaucoup de ceux de mon âge et de ma nation, étant animé d’un zèle excessif pour les traditions de mes pères. Mais, lorsqu’il plut à celui qui m’avait mis à part dès le sein de ma mère, et qui m’a appelé par sa grâce, de révéler en moi son Fils, afin que je l’annonçasse parmi les païens, aussitôt, je ne consultai ni la chair ni le sang, et je ne montai point à Jérusalem vers ceux qui furent apôtres avant moi, mais je partis pour l’Arabie. Puis je revins encore à Damas. Trois ans plus tard, je montai à Jérusalem pour faire la connaissance de Céphas, et je demeurai quinze jours chez lui. Mais je ne vis aucun autre des apôtres, si ce n’est Jacques, le frère du Seigneur. Dans ce que je vous écris, voici, devant Dieu, je ne mens point. J’allai ensuite dans les contrées de la Syrie et de la Cilicie. Or, j’étais inconnu de visage aux Eglises de Judée qui sont en Christ ; seulement, elles avaient entendu dire : Celui qui autrefois nous persécutait annonce maintenant la foi qu’il s’efforçait alors de détruire. Et elles glorifiaient Dieu à mon sujet.” (Galates 1:11-24 LSG)

“Je vous déclare, frères, que l’Evangile qui a été annoncé par moi n’est pas de l’homme ; car je ne l’ai ni reçu ni appris d’un homme, mais par une révélation de Jésus-Christ. Vous avez su, en effet, quelle était autrefois ma conduite dans le judaïsme, comment je persécutais à outrance et ravageais l’Eglise de Dieu, et comment j’étais plus avancé dans le judaïsme que beaucoup de ceux de mon âge et de ma nation, étant animé d’un zèle excessif pour les traditions de mes pères. Mais, lorsqu’il plut à celui qui m’avait mis à part dès le sein de ma mère, et qui m’a appelé par sa grâce, de révéler en moi son Fils, afin que je l’annonçasse parmi les païens, aussitôt, je ne consultai ni la chair ni le sang, et je ne montai point à Jérusalem vers ceux qui furent apôtres avant moi, mais je partis pour l’Arabie. Puis je revins encore à Damas. Trois ans plus tard, je montai à Jérusalem pour faire la connaissance de Céphas, et je demeurai quinze jours chez lui. Mais je ne vis aucun autre des apôtres, si ce n’est Jacques, le frère du Seigneur. Dans ce que je vous écris, voici, devant Dieu, je ne mens point. J’allai ensuite dans les contrées de la Syrie et de la Cilicie. Or, j’étais inconnu de visage aux Eglises de Judée qui sont en Christ ; seulement, elles avaient entendu dire : Celui qui autrefois nous persécutait annonce maintenant la foi qu’il s’efforçait alors de détruire. Et elles glorifiaient Dieu à mon sujet.” (Galates 1:11-24 LSG)

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur “Je vous déclare, frères, que l’Evangile qui a été annoncé par moi n’est pas de l’homme ; car je ne l’ai ni reçu ni appris d’un homme, mais par une révélation de Jésus-Christ. Vous avez su, en effet, quelle était autrefois ma conduite dans le judaïsme, comment je persécutais à outrance et ravageais l’Eglise de Dieu, et comment j’étais plus avancé dans le judaïsme que beaucoup de ceux de mon âge et de ma nation, étant animé d’un zèle excessif pour les traditions de mes pères. Mais, lorsqu’il plut à celui qui m’avait mis à part dès le sein de ma mère, et qui m’a appelé par sa grâce, de révéler en moi son Fils, afin que je l’annonçasse parmi les païens, aussitôt, je ne consultai ni la chair ni le sang, et je ne montai point à Jérusalem vers ceux qui furent apôtres avant moi, mais je partis pour l’Arabie. Puis je revins encore à Damas. Trois ans plus tard, je montai à Jérusalem pour faire la connaissance de Céphas, et je demeurai quinze jours chez lui. Mais je ne vis aucun autre des apôtres, si ce n’est Jacques, le frère du Seigneur. Dans ce que je vous écris, voici, devant Dieu, je ne mens point. J’allai ensuite dans les contrées de la Syrie et de la Cilicie. Or, j’étais inconnu de visage aux Eglises de Judée qui sont en Christ ; seulement, elles avaient entendu dire : Celui qui autrefois nous persécutait annonce maintenant la foi qu’il s’efforçait alors de détruire. Et elles glorifiaient Dieu à mon sujet.” (Galates 1:11-24 LSG)

“Paul, apôtre, non de la part des hommes, ni par un homme, mais par Jésus-Christ et Dieu le Père, qui l’a ressuscité des morts, et tous les frères qui sont avec moi, aux Eglises de la Galatie: que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu le Père et de notre Seigneur Jésus-Christ, qui s’est donné lui-même pour nos péchés, afin de nous arracher du présent siècle mauvais, selon la volonté de notre Dieu et Père, à qui soit la gloire aux siècles des siècles ! Amen !” “Je m’étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre Evangile. Non pas qu’il y ait un autre Evangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l’Evangile de Christ. Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Evangile que celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème ! Nous l’avons dit précédemment, et je le répète à cette heure : si quelqu’un vous annonce un autre Evangile que celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème ! Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu ? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes ? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ.” (Galates 1:1-10 LSG)

“Paul, apôtre, non de la part des hommes, ni par un homme, mais par Jésus-Christ et Dieu le Père, qui l’a ressuscité des morts, et tous les frères qui sont avec moi, aux Eglises de la Galatie: que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu le Père et de notre Seigneur Jésus-Christ, qui s’est donné lui-même pour nos péchés, afin de nous arracher du présent siècle mauvais, selon la volonté de notre Dieu et Père, à qui soit la gloire aux siècles des siècles ! Amen !”

“Je m’étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre Evangile. Non pas qu’il y ait un autre Evangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l’Evangile de Christ. Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Evangile que celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème ! Nous l’avons dit précédemment, et je le répète à cette heure : si quelqu’un vous annonce un autre Evangile que celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème ! Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu ? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes ? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ.” (Galates 1:1-10 LSG)

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur “Paul, apôtre, non de la part des hommes, ni par un homme, mais par Jésus-Christ et Dieu le Père, qui l’a ressuscité des morts, et tous les frères qui sont avec moi, aux Eglises de la Galatie: que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu le Père et de notre Seigneur Jésus-Christ, qui s’est donné lui-même pour nos péchés, afin de nous arracher du présent siècle mauvais, selon la volonté de notre Dieu et Père, à qui soit la gloire aux siècles des siècles ! Amen !” “Je m’étonne que vous vous détourniez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, pour passer à un autre Evangile. Non pas qu’il y ait un autre Evangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l’Evangile de Christ. Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Evangile que celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème ! Nous l’avons dit précédemment, et je le répète à cette heure : si quelqu’un vous annonce un autre Evangile que celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème ! Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu ? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes ? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ.” (Galates 1:1-10 LSG)

“Je t’invoque de tout mon cœur : exauce-moi, Eternel, Afin que je garde tes statuts ! Je t’invoque : sauve-moi, Afin que j’observe tes préceptes !” “Je devance l’aurore et je crie ; J’espère en tes promesses. Je devance les veilles et j’ouvre les yeux, Pour méditer ta parole.” “Ecoute ma voix selon ta bonté ! Rends-moi la vie selon ton jugement !” “Ils s’approchent, ceux qui poursuivent le crime, Ils s’éloignent de la loi. Tu es proche, ô Eternel ! Et tous tes commandements sont la vérité.” “Dès longtemps je sais par tes préceptes Que tu les as établis pour toujours.” “Vois ma misère, et délivre-moi ! Car je n’oublie point ta loi. Défends ma cause, et rachète-moi ; Rends-moi la vie selon ta promesse !” “Le salut est loin des méchants, Car ils ne recherchent pas tes statuts.” “Tes compassions sont grandes, ô Eternel ! Rends-moi la vie selon tes jugements !” “Mes persécuteurs et mes adversaires sont nombreux ; Je ne m’écarte point de tes préceptes,” “Je vois avec dégoût des traîtres Qui n’observent pas ta parole.” “Considère que j’aime tes ordonnances: Eternel, rends-moi la vie selon ta bonté !” “Le fondement de ta parole est la vérité, Et toutes les lois de ta justice sont éternelles.” “Des princes me persécutent sans cause ; Mais mon cœur ne tremble qu’à tes paroles.” “Je me réjouis de ta parole, Comme celui qui trouve un grand butin.” “Je hais, je déteste le mensonge ; J’aime ta loi.” “Sept fois le jour je te célèbre, A cause des lois de ta justice.” “Il y a beaucoup de paix pour ceux qui aiment ta loi, Et il ne leur arrive aucun malheur.” “J’espère en ton salut, ô Eternel ! Et je pratique tes commandements.” “Mon âme observe tes préceptes, Et je les aime beaucoup. Je garde tes ordonnances et tes préceptes, Car toutes mes voies sont devant toi.” “Que mon cri parvienne jusqu’à toi, ô Eternel ! Donne-moi l’intelligence, selon ta promesse ! Que ma supplication arrive jusqu’à toi ! Délivre-moi, selon ta promesse !” “Que mes lèvres publient ta louange ! Car tu m’enseignes tes statuts.” “Que ma langue chante ta parole ! Car tous tes commandements sont justes.” “Que ta main me soit en aide ! Car j’ai choisi tes ordonnances. Je soupire après ton salut, ô Eternel ! Et ta loi fait mes délices.” “Que mon âme vive et qu’elle te loue ! Et que tes jugements me soutiennent ! Je suis errant comme une brebis perdue ; cherche ton serviteur, Car je n’oublie point tes commandements.” (Psaumes 119:145-176 LSG)

“Je t’invoque de tout mon cœur : exauce-moi, Eternel, Afin que je garde tes statuts ! Je t’invoque : sauve-moi, Afin que j’observe tes préceptes !”

“Je devance l’aurore et je crie ; J’espère en tes promesses. Je devance les veilles et j’ouvre les yeux, Pour méditer ta parole.”

“Ecoute ma voix selon ta bonté ! Rends-moi la vie selon ton jugement !”

“Ils s’approchent, ceux qui poursuivent le crime, Ils s’éloignent de la loi. Tu es proche, ô Eternel ! Et tous tes commandements sont la vérité.”

“Dès longtemps je sais par tes préceptes Que tu les as établis pour toujours.”

“Vois ma misère, et délivre-moi ! Car je n’oublie point ta loi. Défends ma cause, et rachète-moi ; Rends-moi la vie selon ta promesse !”

“Le salut est loin des méchants, Car ils ne recherchent pas tes statuts.”

“Tes compassions sont grandes, ô Eternel ! Rends-moi la vie selon tes jugements !”

“Mes persécuteurs et mes adversaires sont nombreux ; Je ne m’écarte point de tes préceptes,”

“Je vois avec dégoût des traîtres Qui n’observent pas ta parole.”

“Considère que j’aime tes ordonnances: Eternel, rends-moi la vie selon ta bonté !”

“Le fondement de ta parole est la vérité, Et toutes les lois de ta justice sont éternelles.”

“Des princes me persécutent sans cause ; Mais mon cœur ne tremble qu’à tes paroles.”

“Je me réjouis de ta parole, Comme celui qui trouve un grand butin.”

“Je hais, je déteste le mensonge ; J’aime ta loi.”

“Sept fois le jour je te célèbre, A cause des lois de ta justice.”

“Il y a beaucoup de paix pour ceux qui aiment ta loi, Et il ne leur arrive aucun malheur.”

“J’espère en ton salut, ô Eternel ! Et je pratique tes commandements.”

“Mon âme observe tes préceptes, Et je les aime beaucoup. Je garde tes ordonnances et tes préceptes, Car toutes mes voies sont devant toi.”

“Que mon cri parvienne jusqu’à toi, ô Eternel ! Donne-moi l’intelligence, selon ta promesse ! Que ma supplication arrive jusqu’à toi ! Délivre-moi, selon ta promesse !”

“Que mes lèvres publient ta louange ! Car tu m’enseignes tes statuts.”

“Que ma langue chante ta parole ! Car tous tes commandements sont justes.”

“Que ta main me soit en aide ! Car j’ai choisi tes ordonnances. Je soupire après ton salut, ô Eternel ! Et ta loi fait mes délices.”

“Que mon âme vive et qu’elle te loue ! Et que tes jugements me soutiennent ! Je suis errant comme une brebis perdue ; cherche ton serviteur, Car je n’oublie point tes commandements.” (Psaumes 119:145-176 LSG)

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur “Je t’invoque de tout mon cœur : exauce-moi, Eternel, Afin que je garde tes statuts ! Je t’invoque : sauve-moi, Afin que j’observe tes préceptes !” “Je devance l’aurore et je crie ; J’espère en tes promesses. Je devance les veilles et j’ouvre les yeux, Pour méditer ta parole.” “Ecoute ma voix selon ta bonté ! Rends-moi la vie selon ton jugement !” “Ils s’approchent, ceux qui poursuivent le crime, Ils s’éloignent de la loi. Tu es proche, ô Eternel ! Et tous tes commandements sont la vérité.” “Dès longtemps je sais par tes préceptes Que tu les as établis pour toujours.” “Vois ma misère, et délivre-moi ! Car je n’oublie point ta loi. Défends ma cause, et rachète-moi ; Rends-moi la vie selon ta promesse !” “Le salut est loin des méchants, Car ils ne recherchent pas tes statuts.” “Tes compassions sont grandes, ô Eternel ! Rends-moi la vie selon tes jugements !” “Mes persécuteurs et mes adversaires sont nombreux ; Je ne m’écarte point de tes préceptes,” “Je vois avec dégoût des traîtres Qui n’observent pas ta parole.” “Considère que j’aime tes ordonnances: Eternel, rends-moi la vie selon ta bonté !” “Le fondement de ta parole est la vérité, Et toutes les lois de ta justice sont éternelles.” “Des princes me persécutent sans cause ; Mais mon cœur ne tremble qu’à tes paroles.” “Je me réjouis de ta parole, Comme celui qui trouve un grand butin.” “Je hais, je déteste le mensonge ; J’aime ta loi.” “Sept fois le jour je te célèbre, A cause des lois de ta justice.” “Il y a beaucoup de paix pour ceux qui aiment ta loi, Et il ne leur arrive aucun malheur.” “J’espère en ton salut, ô Eternel ! Et je pratique tes commandements.” “Mon âme observe tes préceptes, Et je les aime beaucoup. Je garde tes ordonnances et tes préceptes, Car toutes mes voies sont devant toi.” “Que mon cri parvienne jusqu’à toi, ô Eternel ! Donne-moi l’intelligence, selon ta promesse ! Que ma supplication arrive jusqu’à toi ! Délivre-moi, selon ta promesse !” “Que mes lèvres publient ta louange ! Car tu m’enseignes tes statuts.” “Que ma langue chante ta parole ! Car tous tes commandements sont justes.” “Que ta main me soit en aide ! Car j’ai choisi tes ordonnances. Je soupire après ton salut, ô Eternel ! Et ta loi fait mes délices.” “Que mon âme vive et qu’elle te loue ! Et que tes jugements me soutiennent ! Je suis errant comme une brebis perdue ; cherche ton serviteur, Car je n’oublie point tes commandements.” (Psaumes 119:145-176 LSG)

“J’observe la loi et la justice : Ne m’abandonne pas à mes oppresseurs ! Prends sous ta garantie le bien de ton serviteur, Ne me laisse pas opprimer par des orgueilleux !” “Mes yeux languissent après ton salut, Et après la promesse de ta justice.” “Agis envers ton serviteur selon ta bonté, Et enseigne-moi tes statuts ! Je suis ton serviteur : donne-moi l’intelligence, Pour que je connaisse tes préceptes !” “Il est temps que l’Eternel agisse : Ils transgressent ta loi.” “C’est pourquoi j’aime tes commandements, Plus que l’or et que l’or fin ; C’est pourquoi je trouve justes toutes tes ordonnances, Je hais toute voie de mensonge.” “Tes préceptes sont admirables : Aussi mon âme les observe.” “La révélation de tes paroles éclaire, Elle donne de l’intelligence aux simples.” “J’ouvre la bouche et je soupire, Car je suis avide de tes commandements.” “Tourne vers moi ta face, et aie pitié de moi, Selon ta coutume à l’égard de ceux qui aiment ton nom !” “Affermis mes pas dans ta parole, Et ne laisse aucune iniquité dominer sur moi !” “Délivre-moi de l’oppression des hommes, Afin que je garde tes ordonnances !” “Fais luire ta face sur ton serviteur, Et enseigne-moi tes statuts !” “Mes yeux répandent des torrents d’eaux, Parce qu’on n’observe point ta loi.” “Tu es juste, ô Eternel ! Et tes jugements sont équitables ; Tu fondes tes préceptes sur la justice Et sur la plus grande fidélité.” “Mon zèle me consume, Parce que mes adversaires oublient tes paroles.” “Ta parole est entièrement éprouvée, Et ton serviteur l’aime.” “Je suis petit et méprisé ; Je n’oublie point tes ordonnances.” “Ta justice est une justice éternelle, Et ta loi est la vérité.” “La détresse et l’angoisse m’atteignent: Tes commandements font mes délices. Tes préceptes sont éternellement justes : Donne-moi l’intelligence, pour que je vive !” (Psaumes 119:121-144 LSG)

“J’observe la loi et la justice : Ne m’abandonne pas à mes oppresseurs ! Prends sous ta garantie le bien de ton serviteur, Ne me laisse pas opprimer par des orgueilleux !”

“Mes yeux languissent après ton salut, Et après la promesse de ta justice.”

“Agis envers ton serviteur selon ta bonté, Et enseigne-moi tes statuts ! Je suis ton serviteur : donne-moi l’intelligence, Pour que je connaisse tes préceptes !”

“Il est temps que l’Eternel agisse : Ils transgressent ta loi.”

“C’est pourquoi j’aime tes commandements, Plus que l’or et que l’or fin ; C’est pourquoi je trouve justes toutes tes ordonnances, Je hais toute voie de mensonge.”

“Tes préceptes sont admirables : Aussi mon âme les observe.”

“La révélation de tes paroles éclaire, Elle donne de l’intelligence aux simples.”

“J’ouvre la bouche et je soupire, Car je suis avide de tes commandements.”

“Tourne vers moi ta face, et aie pitié de moi, Selon ta coutume à l’égard de ceux qui aiment ton nom !”

“Affermis mes pas dans ta parole, Et ne laisse aucune iniquité dominer sur moi !”

“Délivre-moi de l’oppression des hommes, Afin que je garde tes ordonnances !”

“Fais luire ta face sur ton serviteur, Et enseigne-moi tes statuts !”

“Mes yeux répandent des torrents d’eaux, Parce qu’on n’observe point ta loi.”

“Tu es juste, ô Eternel ! Et tes jugements sont équitables ; Tu fondes tes préceptes sur la justice Et sur la plus grande fidélité.”

“Mon zèle me consume, Parce que mes adversaires oublient tes paroles.”

“Ta parole est entièrement éprouvée, Et ton serviteur l’aime.”

“Je suis petit et méprisé ; Je n’oublie point tes ordonnances.”

“Ta justice est une justice éternelle, Et ta loi est la vérité.”

“La détresse et l’angoisse m’atteignent: Tes commandements font mes délices. Tes préceptes sont éternellement justes : Donne-moi l’intelligence, pour que je vive !” (Psaumes 119:121-144 LSG)

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur “J’observe la loi et la justice : Ne m’abandonne pas à mes oppresseurs ! Prends sous ta garantie le bien de ton serviteur, Ne me laisse pas opprimer par des orgueilleux !” “Mes yeux languissent après ton salut, Et après la promesse de ta justice.” “Agis envers ton serviteur selon ta bonté, Et enseigne-moi tes statuts ! Je suis ton serviteur : donne-moi l’intelligence, Pour que je connaisse tes préceptes !” “Il est temps que l’Eternel agisse : Ils transgressent ta loi.” “C’est pourquoi j’aime tes commandements, Plus que l’or et que l’or fin ; C’est pourquoi je trouve justes toutes tes ordonnances, Je hais toute voie de mensonge.” “Tes préceptes sont admirables : Aussi mon âme les observe.” “La révélation de tes paroles éclaire, Elle donne de l’intelligence aux simples.” “J’ouvre la bouche et je soupire, Car je suis avide de tes commandements.” “Tourne vers moi ta face, et aie pitié de moi, Selon ta coutume à l’égard de ceux qui aiment ton nom !” “Affermis mes pas dans ta parole, Et ne laisse aucune iniquité dominer sur moi !” “Délivre-moi de l’oppression des hommes, Afin que je garde tes ordonnances !” “Fais luire ta face sur ton serviteur, Et enseigne-moi tes statuts !” “Mes yeux répandent des torrents d’eaux, Parce qu’on n’observe point ta loi.” “Tu es juste, ô Eternel ! Et tes jugements sont équitables ; Tu fondes tes préceptes sur la justice Et sur la plus grande fidélité.” “Mon zèle me consume, Parce que mes adversaires oublient tes paroles.” “Ta parole est entièrement éprouvée, Et ton serviteur l’aime.” “Je suis petit et méprisé ; Je n’oublie point tes ordonnances.” “Ta justice est une justice éternelle, Et ta loi est la vérité.” “La détresse et l’angoisse m’atteignent: Tes commandements font mes délices. Tes préceptes sont éternellement justes : Donne-moi l’intelligence, pour que je vive !” (Psaumes 119:121-144 LSG)

“Combien j’aime ta loi ! Elle est tout le jour l’objet de ma méditation.” “Tes commandements me rendent plus sage que mes ennemis, Car je les ai toujours avec moi. Je suis plus instruit que tous mes maîtres, Car tes préceptes sont l’objet de ma méditation. J’ai plus d’intelligence que les vieillards, Car j’observe tes ordonnances.” “Je retiens mon pied loin de tout mauvais chemin, Afin de garder ta parole.” “Je ne m’écarte pas de tes lois, Car c’est toi qui m’enseignes.” “Que tes paroles sont douces à mon palais, Plus que le miel à ma bouche ! Par tes ordonnances je deviens intelligent, Aussi je hais toute voie de mensonge.” “Ta parole est une lampe à mes pieds, Et une lumière sur mon sentier.” “Je jure, et je le tiendrai, D’observer les lois de ta justice.” “Je suis bien humilié : Eternel, rends-moi la vie selon ta parole !” “Agrée, ô Eternel ! les sentiments que ma bouche exprime, Et enseigne-moi tes lois !” “Ma vie est continuellement exposée, Et je n’oublie point ta loi. Des méchants me tendent des pièges, Et je ne m’égare pas loin de tes ordonnances.” “Tes préceptes sont pour toujours mon héritage, Car ils sont la joie de mon cœur. J’incline mon cœur à pratiquer tes statuts, Toujours, jusqu’à la fin.” “Je hais les hommes indécis, Et j’aime ta loi.” “Tu es mon asile et mon bouclier ; J’espère en ta promesse.” “Eloignez-vous de moi, méchants, Afin que j’observe les commandements de mon Dieu !” “Soutiens-moi selon ta promesse, afin que je vive, Et ne me rends point confus dans mon espérance ! Sois mon appui, pour que je sois sauvé, Et que je m’occupe sans cesse de tes statuts !” “Tu méprises tous ceux qui s’écartent de tes statuts, Car leur tromperie est sans effet. Tu enlèves comme de l’écume tous les méchants de la terre ; C’est pourquoi j’aime tes préceptes. Ma chair frissonne de l’effroi que tu m’inspires, Et je crains tes jugements.” (Psaumes 119:97-120 LSG)

“Combien j’aime ta loi ! Elle est tout le jour l’objet de ma méditation.”

“Tes commandements me rendent plus sage que mes ennemis, Car je les ai toujours avec moi. Je suis plus instruit que tous mes maîtres, Car tes préceptes sont l’objet de ma méditation. J’ai plus d’intelligence que les vieillards, Car j’observe tes ordonnances.”

“Je retiens mon pied loin de tout mauvais chemin, Afin de garder ta parole.”

“Je ne m’écarte pas de tes lois, Car c’est toi qui m’enseignes.”

“Que tes paroles sont douces à mon palais, Plus que le miel à ma bouche ! Par tes ordonnances je deviens intelligent, Aussi je hais toute voie de mensonge.”

“Ta parole est une lampe à mes pieds, Et une lumière sur mon sentier.”

“Je jure, et je le tiendrai, D’observer les lois de ta justice.”

“Je suis bien humilié : Eternel, rends-moi la vie selon ta parole !”

“Agrée, ô Eternel ! les sentiments que ma bouche exprime, Et enseigne-moi tes lois !”

“Ma vie est continuellement exposée, Et je n’oublie point ta loi. Des méchants me tendent des pièges, Et je ne m’égare pas loin de tes ordonnances.”

“Tes préceptes sont pour toujours mon héritage, Car ils sont la joie de mon cœur. J’incline mon cœur à pratiquer tes statuts, Toujours, jusqu’à la fin.”

“Je hais les hommes indécis, Et j’aime ta loi.”

“Tu es mon asile et mon bouclier ; J’espère en ta promesse.”

“Eloignez-vous de moi, méchants, Afin que j’observe les commandements de mon Dieu !”

“Soutiens-moi selon ta promesse, afin que je vive, Et ne me rends point confus dans mon espérance ! Sois mon appui, pour que je sois sauvé, Et que je m’occupe sans cesse de tes statuts !”

“Tu méprises tous ceux qui s’écartent de tes statuts, Car leur tromperie est sans effet. Tu enlèves comme de l’écume tous les méchants de la terre ; C’est pourquoi j’aime tes préceptes. Ma chair frissonne de l’effroi que tu m’inspires, Et je crains tes jugements.” (Psaumes 119:97-120 LSG)

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur “Combien j’aime ta loi ! Elle est tout le jour l’objet de ma méditation.” “Tes commandements me rendent plus sage que mes ennemis, Car je les ai toujours avec moi. Je suis plus instruit que tous mes maîtres, Car tes préceptes sont l’objet de ma méditation. J’ai plus d’intelligence que les vieillards, Car j’observe tes ordonnances.” “Je retiens mon pied loin de tout mauvais chemin, Afin de garder ta parole.” “Je ne m’écarte pas de tes lois, Car c’est toi qui m’enseignes.” “Que tes paroles sont douces à mon palais, Plus que le miel à ma bouche ! Par tes ordonnances je deviens intelligent, Aussi je hais toute voie de mensonge.” “Ta parole est une lampe à mes pieds, Et une lumière sur mon sentier.” “Je jure, et je le tiendrai, D’observer les lois de ta justice.” “Je suis bien humilié : Eternel, rends-moi la vie selon ta parole !” “Agrée, ô Eternel ! les sentiments que ma bouche exprime, Et enseigne-moi tes lois !” “Ma vie est continuellement exposée, Et je n’oublie point ta loi. Des méchants me tendent des pièges, Et je ne m’égare pas loin de tes ordonnances.” “Tes préceptes sont pour toujours mon héritage, Car ils sont la joie de mon cœur. J’incline mon cœur à pratiquer tes statuts, Toujours, jusqu’à la fin.” “Je hais les hommes indécis, Et j’aime ta loi.” “Tu es mon asile et mon bouclier ; J’espère en ta promesse.” “Eloignez-vous de moi, méchants, Afin que j’observe les commandements de mon Dieu !” “Soutiens-moi selon ta promesse, afin que je vive, Et ne me rends point confus dans mon espérance ! Sois mon appui, pour que je sois sauvé, Et que je m’occupe sans cesse de tes statuts !” “Tu méprises tous ceux qui s’écartent de tes statuts, Car leur tromperie est sans effet. Tu enlèves comme de l’écume tous les méchants de la terre ; C’est pourquoi j’aime tes préceptes. Ma chair frissonne de l’effroi que tu m’inspires, Et je crains tes jugements.” (Psaumes 119:97-120 LSG)

“Tes mains m’ont façonné, elles m’ont affermi ; Donne-moi l’intelligence, pour que j’apprenne tes commandements !” “Ceux qui te craignent me voient et se réjouissent, Car je m’attends à ta parole.” “Je reconnais, Éternel ! que tes jugements sont justes ; C’est par fidélité que tu m’as humilié.” “Que ta bienveillance soit donc ma consolation Selon ta promesse à ton serviteur ! Que tes compassions viennent sur moi, pour que je vive ! Car ta loi fait mes délices.” “Qu’ils soient couverts de honte, les présomptueux qui, à tort, me maltraitent ! Moi, je médite sur tes statuts. Qu’ils reviennent à moi, ceux qui te craignent Et ceux qui connaissent tes préceptes !” “Que mon coeur soit intègre dans tes prescriptions, Afin que je ne sois pas couvert de honte !” “Mon âme languit après ton salut ; Je m’attends à ta parole. Mes yeux languissent après ta promesse ; Je dis : Quand me consoleras-tu ?” “Car je suis comme une outre dans la fumée ; Je n’oublie pas tes prescriptions.” “Quelle est la durée de la vie de ton serviteur ? Quand exerceras-tu le jugement contre mes persécuteurs ?” “Des présomptueux creusent des fosses devant moi, Ce qui n’est pas conforme à ta loi. Tous tes commandements ne sont que fidélité ; On me persécute à tort : secours-moi ! Pour un peu, l’on m’aurait exterminé ; Et moi, je n’abandonne pas tes statuts.” “Fais-moi vivre selon ta bienveillance, Afin que j’observe les préceptes de ta bouche !” “A toujours, ô Éternel ! Ta parole subsiste dans les cieux, Ta fidélité (dure) de génération en génération. Tu as affermi la terre, et elle subsiste. C’est d’après tes ordonnances que les choses subsistent aujourd’hui, Car toutes sont à ton service.” “Si ta loi n’avait fait mes délices, J’aurais alors péri dans mon malheur.” “Je n’oublierai jamais tes statuts, Car par eux tu me fais vivre.” “Je suis à toi : sauve-moi ! Car je recherche tes statuts.” “Des méchants m’attendent pour me faire périr ; Je suis attentif à tes préceptes. Je vois une fin à tout ce qui est parfait : Ton commandement est d’une ampleur sans limite.” (Psaumes 119:73-96 SER)

“Tes mains m’ont façonné, elles m’ont affermi ; Donne-moi l’intelligence, pour que j’apprenne tes commandements !”

“Ceux qui te craignent me voient et se réjouissent, Car je m’attends à ta parole.”

“Je reconnais, Éternel ! que tes jugements sont justes ; C’est par fidélité que tu m’as humilié.”

“Que ta bienveillance soit donc ma consolation Selon ta promesse à ton serviteur ! Que tes compassions viennent sur moi, pour que je vive ! Car ta loi fait mes délices.”

“Qu’ils soient couverts de honte, les présomptueux qui, à tort, me maltraitent ! Moi, je médite sur tes statuts. Qu’ils reviennent à moi, ceux qui te craignent Et ceux qui connaissent tes préceptes !”

“Que mon coeur soit intègre dans tes prescriptions, Afin que je ne sois pas couvert de honte !”

“Mon âme languit après ton salut ; Je m’attends à ta parole. Mes yeux languissent après ta promesse ; Je dis : Quand me consoleras-tu ?”

“Car je suis comme une outre dans la fumée ; Je n’oublie pas tes prescriptions.”

“Quelle est la durée de la vie de ton serviteur ? Quand exerceras-tu le jugement contre mes persécuteurs ?”

“Des présomptueux creusent des fosses devant moi, Ce qui n’est pas conforme à ta loi. Tous tes commandements ne sont que fidélité ; On me persécute à tort : secours-moi ! Pour un peu, l’on m’aurait exterminé ; Et moi, je n’abandonne pas tes statuts.”

“Fais-moi vivre selon ta bienveillance, Afin que j’observe les préceptes de ta bouche !”

“A toujours, ô Éternel ! Ta parole subsiste dans les cieux, Ta fidélité (dure) de génération en génération. Tu as affermi la terre, et elle subsiste. C’est d’après tes ordonnances que les choses subsistent aujourd’hui, Car toutes sont à ton service.”

“Si ta loi n’avait fait mes délices, J’aurais alors péri dans mon malheur.”

“Je n’oublierai jamais tes statuts, Car par eux tu me fais vivre.”

“Je suis à toi : sauve-moi ! Car je recherche tes statuts.”

“Des méchants m’attendent pour me faire périr ; Je suis attentif à tes préceptes. Je vois une fin à tout ce qui est parfait : Ton commandement est d’une ampleur sans limite.” (Psaumes 119:73-96 SER)

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur “Tes mains m’ont façonné, elles m’ont affermi ; Donne-moi l’intelligence, pour que j’apprenne tes commandements !” “Ceux qui te craignent me voient et se réjouissent, Car je m’attends à ta parole.” “Je reconnais, Éternel ! que tes jugements sont justes ; C’est par fidélité que tu m’as humilié.” “Que ta bienveillance soit donc ma consolation Selon ta promesse à ton serviteur ! Que tes compassions viennent sur moi, pour que je vive ! Car ta loi fait mes délices.” “Qu’ils soient couverts de honte, les présomptueux qui, à tort, me maltraitent ! Moi, je médite sur tes statuts. Qu’ils reviennent à moi, ceux qui te craignent Et ceux qui connaissent tes préceptes !” “Que mon coeur soit intègre dans tes prescriptions, Afin que je ne sois pas couvert de honte !” “Mon âme languit après ton salut ; Je m’attends à ta parole. Mes yeux languissent après ta promesse ; Je dis : Quand me consoleras-tu ?” “Car je suis comme une outre dans la fumée ; Je n’oublie pas tes prescriptions.” “Quelle est la durée de la vie de ton serviteur ? Quand exerceras-tu le jugement contre mes persécuteurs ?” “Des présomptueux creusent des fosses devant moi, Ce qui n’est pas conforme à ta loi. Tous tes commandements ne sont que fidélité ; On me persécute à tort : secours-moi ! Pour un peu, l’on m’aurait exterminé ; Et moi, je n’abandonne pas tes statuts.” “Fais-moi vivre selon ta bienveillance, Afin que j’observe les préceptes de ta bouche !” “A toujours, ô Éternel ! Ta parole subsiste dans les cieux, Ta fidélité (dure) de génération en génération. Tu as affermi la terre, et elle subsiste. C’est d’après tes ordonnances que les choses subsistent aujourd’hui, Car toutes sont à ton service.” “Si ta loi n’avait fait mes délices, J’aurais alors péri dans mon malheur.” “Je n’oublierai jamais tes statuts, Car par eux tu me fais vivre.” “Je suis à toi : sauve-moi ! Car je recherche tes statuts.” “Des méchants m’attendent pour me faire périr ; Je suis attentif à tes préceptes. Je vois une fin à tout ce qui est parfait : Ton commandement est d’une ampleur sans limite.” (Psaumes 119:73-96 SER)

“Souviens-toi de ta parole en faveur de ton serviteur, Puisque tu m’as donné l’espérance !” “C’est ma consolation dans mon malheur, Car ta promesse me fait vivre.” “Des présomptueux me chargent de railleries ; Je ne dévie pas de ta loi.” “Je me souviens de tes jugements d’autrefois, Éternel ! et je me console.” “Une vive ardeur me saisit à cause des méchants Qui abandonnent ta loi.” “Tes prescriptions sont le sujet de mes psaumes, Dans la maison où je suis étranger.” “La nuit je me rappelle ton nom, ô Éternel ! Et j’observe ta loi. C’est là ce qui m’est propre, Car je garde tes statuts.” “Ma part, ô Éternel ! je le dis, C’est d’observer tes paroles.” “Je t’implore de tout mon coeur : Fais-moi grâce, selon ta promesse !” “Je réfléchis à mes voies Et je ramène mes pas vers tes préceptes. Je me hâte, je ne diffère pas D’observer tes commandements.” “Les pièges des méchants m’obsèdent ; Je n’oublie pas ta loi.” “Au milieu de la nuit je me lève pour te célébrer A cause des jugements de ta justice.” “Je suis le compagnon de tous ceux qui te craignent, Et de ceux qui observent tes statuts.” “Ta bienveillance, ô Éternel, remplit la terre ; Enseigne-moi tes prescriptions !” “Tu fais du bien à ton serviteur, Éternel ! selon ta parole. Enseigne-moi le bon sens et la connaissance ! Car je crois à tes commandements.” “Avant d’avoir été humilié, je m’égarais ; Maintenant j’observe ta parole.” “Tu es bon et bienfaisant ; Enseigne-moi tes prescriptions !” “Des présomptueux accumulent contre moi des faussetés ; Moi, je garde de tout mon coeur tes statuts. Leur coeur est insensible comme la graisse ; Moi, je fais mes délices de ta loi.” “Il m’est bon d’être humilié, Afin que j’apprenne tes prescriptions. Mieux vaut pour moi la loi de ta bouche Que mille objets d’or et d’argent.” (Psaumes 119:49-72 SER)

“Souviens-toi de ta parole en faveur de ton serviteur, Puisque tu m’as donné l’espérance !”

“C’est ma consolation dans mon malheur, Car ta promesse me fait vivre.”

“Des présomptueux me chargent de railleries ; Je ne dévie pas de ta loi.”

“Je me souviens de tes jugements d’autrefois, Éternel ! et je me console.”

“Une vive ardeur me saisit à cause des méchants Qui abandonnent ta loi.”

“Tes prescriptions sont le sujet de mes psaumes, Dans la maison où je suis étranger.”

“La nuit je me rappelle ton nom, ô Éternel ! Et j’observe ta loi. C’est là ce qui m’est propre, Car je garde tes statuts.”

“Ma part, ô Éternel ! je le dis, C’est d’observer tes paroles.”

“Je t’implore de tout mon coeur : Fais-moi grâce, selon ta promesse !”

“Je réfléchis à mes voies Et je ramène mes pas vers tes préceptes. Je me hâte, je ne diffère pas D’observer tes commandements.”

“Les pièges des méchants m’obsèdent ; Je n’oublie pas ta loi.”

“Au milieu de la nuit je me lève pour te célébrer A cause des jugements de ta justice.”

“Je suis le compagnon de tous ceux qui te craignent, Et de ceux qui observent tes statuts.”

“Ta bienveillance, ô Éternel, remplit la terre ; Enseigne-moi tes prescriptions !”

“Tu fais du bien à ton serviteur, Éternel ! selon ta parole. Enseigne-moi le bon sens et la connaissance ! Car je crois à tes commandements.”

“Avant d’avoir été humilié, je m’égarais ; Maintenant j’observe ta parole.”

“Tu es bon et bienfaisant ; Enseigne-moi tes prescriptions !”

“Des présomptueux accumulent contre moi des faussetés ; Moi, je garde de tout mon coeur tes statuts. Leur coeur est insensible comme la graisse ; Moi, je fais mes délices de ta loi.”

“Il m’est bon d’être humilié, Afin que j’apprenne tes prescriptions. Mieux vaut pour moi la loi de ta bouche Que mille objets d’or et d’argent.” (Psaumes 119:49-72 SER)

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur “Souviens-toi de ta parole en faveur de ton serviteur, Puisque tu m’as donné l’espérance !” “C’est ma consolation dans mon malheur, Car ta promesse me fait vivre.” “Des présomptueux me chargent de railleries ; Je ne dévie pas de ta loi.” “Je me souviens de tes jugements d’autrefois, Éternel ! et je me console.” “Une vive ardeur me saisit à cause des méchants Qui abandonnent ta loi.” “Tes prescriptions sont le sujet de mes psaumes, Dans la maison où je suis étranger.” “La nuit je me rappelle ton nom, ô Éternel ! Et j’observe ta loi. C’est là ce qui m’est propre, Car je garde tes statuts.” “Ma part, ô Éternel ! je le dis, C’est d’observer tes paroles.” “Je t’implore de tout mon coeur : Fais-moi grâce, selon ta promesse !” “Je réfléchis à mes voies Et je ramène mes pas vers tes préceptes. Je me hâte, je ne diffère pas D’observer tes commandements.” “Les pièges des méchants m’obsèdent ; Je n’oublie pas ta loi.” “Au milieu de la nuit je me lève pour te célébrer A cause des jugements de ta justice.” “Je suis le compagnon de tous ceux qui te craignent, Et de ceux qui observent tes statuts.” “Ta bienveillance, ô Éternel, remplit la terre ; Enseigne-moi tes prescriptions !” “Tu fais du bien à ton serviteur, Éternel ! selon ta parole. Enseigne-moi le bon sens et la connaissance ! Car je crois à tes commandements.” “Avant d’avoir été humilié, je m’égarais ; Maintenant j’observe ta parole.” “Tu es bon et bienfaisant ; Enseigne-moi tes prescriptions !” “Des présomptueux accumulent contre moi des faussetés ; Moi, je garde de tout mon coeur tes statuts. Leur coeur est insensible comme la graisse ; Moi, je fais mes délices de ta loi.” “Il m’est bon d’être humilié, Afin que j’apprenne tes prescriptions. Mieux vaut pour moi la loi de ta bouche Que mille objets d’or et d’argent.” (Psaumes 119:49-72 SER)