Archives quotidiennes : mercredi 16 octobre 2019

“Je suis l’homme qui a vu l’humiliation Sous le bâton de son courroux. Il m’a conduit, il m’a fait aller Dans les ténèbres, et non dans la lumière. Contre moi il tourne et retourne Sa main tout le jour. Il a flétri ma chair et ma peau, Il a brisé mes os. Il a bâti (des retranchements) contre moi, Il m’a environné d’amertume et de lassitude. Il me fait habiter dans les ténèbres, Comme ceux qui sont morts dès longtemps. Il m’a emmuré, pour que je ne sorte pas ; Il a fait peser des chaînes sur moi. J’ai beau crier et appeler au secours, Il ferme tout accès à ma prière. Il a muré mon chemin avec des pierres de taille, Il a fait dévier mes sentiers. Il a été pour moi un ours en embuscade, Un lion dans un lieu caché. Il a détourné mes pas, il m’a déchiré, Il m’a mis dans la désolation. Il a tendu son arc et m’a placé Comme une cible pour sa flèche. Il a fait entrer dans mes reins Les traits de son carquois. Je suis devenu la risée de tout mon peuple, Tout le jour, l’objet de leurs chansons. Il m’a rassasié d’herbes amères, Il m’a abreuvé d’absinthe. Il m’a fait casser les dents sur du gravier, Il m’a enfoui dans la cendre. Tu m’as rejeté loin de la paix ; J’ai oublié ce qu’est le bonheur. Et j’ai dit : Elle est perdue, ma confiance, Mon espérance en l’Éternel !” (Lamentations 3:1-18 SER)

“Je suis l’homme qui a vu l’humiliation Sous le bâton de son courroux. Il m’a conduit, il m’a fait aller Dans les ténèbres, et non dans la lumière. Contre moi il tourne et retourne Sa main tout le jour. Il … Continuer la lecture

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur “Je suis l’homme qui a vu l’humiliation Sous le bâton de son courroux. Il m’a conduit, il m’a fait aller Dans les ténèbres, et non dans la lumière. Contre moi il tourne et retourne Sa main tout le jour. Il a flétri ma chair et ma peau, Il a brisé mes os. Il a bâti (des retranchements) contre moi, Il m’a environné d’amertume et de lassitude. Il me fait habiter dans les ténèbres, Comme ceux qui sont morts dès longtemps. Il m’a emmuré, pour que je ne sorte pas ; Il a fait peser des chaînes sur moi. J’ai beau crier et appeler au secours, Il ferme tout accès à ma prière. Il a muré mon chemin avec des pierres de taille, Il a fait dévier mes sentiers. Il a été pour moi un ours en embuscade, Un lion dans un lieu caché. Il a détourné mes pas, il m’a déchiré, Il m’a mis dans la désolation. Il a tendu son arc et m’a placé Comme une cible pour sa flèche. Il a fait entrer dans mes reins Les traits de son carquois. Je suis devenu la risée de tout mon peuple, Tout le jour, l’objet de leurs chansons. Il m’a rassasié d’herbes amères, Il m’a abreuvé d’absinthe. Il m’a fait casser les dents sur du gravier, Il m’a enfoui dans la cendre. Tu m’as rejeté loin de la paix ; J’ai oublié ce qu’est le bonheur. Et j’ai dit : Elle est perdue, ma confiance, Mon espérance en l’Éternel !” (Lamentations 3:1-18 SER)