Archives quotidiennes : jeudi 17 octobre 2019

“Souviens-toi de mon humiliation et de ma vie errante, De l’absinthe et du poison ; Mon âme s’en souvient bien, Elle est abattue au-dedans de moi.” “Voici ce que je veux repasser en mon coeur, Ce pourquoi j’espère : C’est que la bienveillance de l’Éternel n’est pas épuisée, Et que ses compassions ne sont pas à leur terme ; Elles se renouvellent chaque matin. Grande est ta fidélité ! L’Éternel est mon partage, dit mon âme ; C’est pourquoi je veux m’attendre à lui. L’Éternel est bon pour qui espère en lui, Pour celui qui le cherche. Il est bon d’attendre en silence Le salut de l’Éternel. Il est bon pour l’homme De porter le joug dans sa jeunesse. Qu’il s’assoie solitaire et silencieux, Car c’est ce qui lui est imposé ; Qu’il mette sa bouche dans la poussière, Peut-être y a-t-il de l’espoir ! Qu’il tende la joue à celui qui le frappe, Qu’il se rassasie de déshonneur. Car le Seigneur Ne rejette pas à toujours. Mais, lorsqu’il afflige, il a compassion Selon sa grande bienveillance ; Car ce n’est pas volontiers qu’il humilie Et qu’il afflige les fils d’homme.” (Lamentations 3:19-33 SER)

“Souviens-toi de mon humiliation et de ma vie errante, De l’absinthe et du poison ; Mon âme s’en souvient bien, Elle est abattue au-dedans de moi.” “Voici ce que je veux repasser en mon coeur, Ce pourquoi j’espère : C’est que la … Continuer la lecture

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur “Souviens-toi de mon humiliation et de ma vie errante, De l’absinthe et du poison ; Mon âme s’en souvient bien, Elle est abattue au-dedans de moi.” “Voici ce que je veux repasser en mon coeur, Ce pourquoi j’espère : C’est que la bienveillance de l’Éternel n’est pas épuisée, Et que ses compassions ne sont pas à leur terme ; Elles se renouvellent chaque matin. Grande est ta fidélité ! L’Éternel est mon partage, dit mon âme ; C’est pourquoi je veux m’attendre à lui. L’Éternel est bon pour qui espère en lui, Pour celui qui le cherche. Il est bon d’attendre en silence Le salut de l’Éternel. Il est bon pour l’homme De porter le joug dans sa jeunesse. Qu’il s’assoie solitaire et silencieux, Car c’est ce qui lui est imposé ; Qu’il mette sa bouche dans la poussière, Peut-être y a-t-il de l’espoir ! Qu’il tende la joue à celui qui le frappe, Qu’il se rassasie de déshonneur. Car le Seigneur Ne rejette pas à toujours. Mais, lorsqu’il afflige, il a compassion Selon sa grande bienveillance ; Car ce n’est pas volontiers qu’il humilie Et qu’il afflige les fils d’homme.” (Lamentations 3:19-33 SER)