Archives quotidiennes : vendredi 18 octobre 2019

“Quand on foule aux pieds Tous les prisonniers d’un pays, Quand on fait dévier le droit humain A la face du Très-Haut, Quand on fait tort à l’homme dans son procès, Le Seigneur ne le voit-il pas ?” “Qui est celui qui a dit, et cela fut ? Le Seigneur n’est-il pas celui qui commande ? N’est-ce pas de la bouche du Très-Haut que sortent Les maux et les biens ? Pourquoi l’homme vivant se plaindrait-il ? Que chacun (se plaigne) de ses propres péchés. Examinons nos voies et sondons-les, Et retournons à l’Éternel ; Élevons notre coeur comme nos mains Vers Dieu qui est au ciel :” “Nous avons nous-mêmes été criminels et rebelles ! Et toi, tu n’as point pardonné ! Tu t’es enveloppé de (ta) colère, et tu nous as poursuivis ; Tu as tué sans ménagement ; Tu t’es enveloppé d’une nuée, Pour que la prière ne (te) parvienne pas. Tu as fait de nous un rebut et un repoussoir Au milieu des peuples. Ils ouvrent la bouche contre nous, Tous nos ennemis. Pour nous ce furent la frayeur et la fosse, La destruction et le désastre. Des torrents d’eau coulent de mes yeux, A cause du désastre de la fille de mon peuple. Mes yeux ruissellent sans repos, Sans relâche, Jusqu’à ce que l’Éternel fasse attention Et voie (du haut) des cieux ; Mes yeux me font souffrir A cause de toutes les filles de ma ville. Ils m’ont donné la chasse comme à l’oiseau, Ceux qui sans cause sont mes ennemis. Ils ont réduit ma vie au silence dans la citerne, Et ils ont jeté des pierres sur moi. Les eaux ont recouvert ma tête ; Je disais : Je suis perdu !” “J’ai invoqué ton nom, ô Éternel, Des profondeurs de la citerne. Tu as entendu ma voix : Ne détourne pas ton oreille quand pour me soulager, je t’appelle au secours ! Au jour où je t’ai invoqué, tu t’es approché, Tu as dit : Sois sans crainte ! Seigneur, tu as plaidé mon procès, Tu as racheté ma vie. Éternel, tu as vu mon écrasement : Rétablis mon droit ! Tu as vu toutes leurs vengeances, Tous leurs complots contre moi. Éternel, tu as entendu leurs outrages, Tous leurs complots contre moi, Les discours de ceux qui se dressent contre moi, Leurs projets sont tout le jour contre moi. Qu’ils soient assis ou debout, regarde : Je suis l’objet de leurs chansons. Tu leur rendras la pareille, ô Éternel, Selon l’oeuvre de leurs mains ; Tu leur cuirasseras le coeur, Ta malédiction sera contre eux ; Tu les poursuivras avec colère et tu les extermineras De dessous les cieux de l’Éternel !” (Lamentations 3:34-66 SER)

“Quand on foule aux pieds Tous les prisonniers d’un pays, Quand on fait dévier le droit humain A la face du Très-Haut, Quand on fait tort à l’homme dans son procès, Le Seigneur ne le voit-il pas ?” “Qui est celui … Continuer la lecture

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur “Quand on foule aux pieds Tous les prisonniers d’un pays, Quand on fait dévier le droit humain A la face du Très-Haut, Quand on fait tort à l’homme dans son procès, Le Seigneur ne le voit-il pas ?” “Qui est celui qui a dit, et cela fut ? Le Seigneur n’est-il pas celui qui commande ? N’est-ce pas de la bouche du Très-Haut que sortent Les maux et les biens ? Pourquoi l’homme vivant se plaindrait-il ? Que chacun (se plaigne) de ses propres péchés. Examinons nos voies et sondons-les, Et retournons à l’Éternel ; Élevons notre coeur comme nos mains Vers Dieu qui est au ciel :” “Nous avons nous-mêmes été criminels et rebelles ! Et toi, tu n’as point pardonné ! Tu t’es enveloppé de (ta) colère, et tu nous as poursuivis ; Tu as tué sans ménagement ; Tu t’es enveloppé d’une nuée, Pour que la prière ne (te) parvienne pas. Tu as fait de nous un rebut et un repoussoir Au milieu des peuples. Ils ouvrent la bouche contre nous, Tous nos ennemis. Pour nous ce furent la frayeur et la fosse, La destruction et le désastre. Des torrents d’eau coulent de mes yeux, A cause du désastre de la fille de mon peuple. Mes yeux ruissellent sans repos, Sans relâche, Jusqu’à ce que l’Éternel fasse attention Et voie (du haut) des cieux ; Mes yeux me font souffrir A cause de toutes les filles de ma ville. Ils m’ont donné la chasse comme à l’oiseau, Ceux qui sans cause sont mes ennemis. Ils ont réduit ma vie au silence dans la citerne, Et ils ont jeté des pierres sur moi. Les eaux ont recouvert ma tête ; Je disais : Je suis perdu !” “J’ai invoqué ton nom, ô Éternel, Des profondeurs de la citerne. Tu as entendu ma voix : Ne détourne pas ton oreille quand pour me soulager, je t’appelle au secours ! Au jour où je t’ai invoqué, tu t’es approché, Tu as dit : Sois sans crainte ! Seigneur, tu as plaidé mon procès, Tu as racheté ma vie. Éternel, tu as vu mon écrasement : Rétablis mon droit ! Tu as vu toutes leurs vengeances, Tous leurs complots contre moi. Éternel, tu as entendu leurs outrages, Tous leurs complots contre moi, Les discours de ceux qui se dressent contre moi, Leurs projets sont tout le jour contre moi. Qu’ils soient assis ou debout, regarde : Je suis l’objet de leurs chansons. Tu leur rendras la pareille, ô Éternel, Selon l’oeuvre de leurs mains ; Tu leur cuirasseras le coeur, Ta malédiction sera contre eux ; Tu les poursuivras avec colère et tu les extermineras De dessous les cieux de l’Éternel !” (Lamentations 3:34-66 SER)